Rate this post


Après une interminable attente, nous tenons enfin notre bubble boy, en la personne de Fernando, un des nombreux Espagnols présents à ne pas vouloir donner son nom.

Et il semble que le karma pokeristique soit parfois bien efficace, automotive ce joueur s’était fait recadré à plusieurs reprises soit pour parler Espagnol avec ses compères à desk pendant un coup où tous participent, soit pour ralentir volontairement le déroulé du jeu, espérant ainsi gratter un palier.

Kamal Sefrioui, patriarche dans la lumière

 

La punition a été donnée par Kamal Sefrioui, joueur discret mais efficace qui attendait notre Espagnol au coin du bois. Avec A A, Kamal est bien devant le A Q  antagonistic. Fernando grimace et rit jaune. Le voilà en bien mauvaise posture.

Si le flop apporte un léger espoir au clan jaune et rouge, le board envoie finalement Fernando dans le rail, avec 7 J Okay J Okay et les joueurs massés autour de la desk peuvent enfin exprimer un soulagement longtemps attendu.

Le prix de la bulle. En fond, dans le flou, le bubble boy espagnol

 

Le clan espagnol peut se consoler en s’appuyant sur deux chipleaders avec Andre Marques et Javier Tsunamy, qui ont tous les deux profité de la bulle pour monter des jetons en agressant à tout va. A ce petit jeu, Martin Muslow a également bien donné.

 

Andre Marques à gauche a payé drawing useless un all-in de Giovanni Rosadoni sur la flip. Ce dernier a pu ainsi remonter des jetons, tandis que l’Espagnol garde son sourire, compte tenu de son impressionnant stack d’environ 750okay. Tout le monde est content material !